Direction le sud de l’Espagne ! Nous voici aujourd’hui en Andalousie.

A 2h30 d’avion au départ de Paris, Malaga vie au rythme d’une cuisine colorée, sur un air de flamenco, avec en toile de fond un toréador vêtu de son plus beau costume. Ville où naquit Picasso, l’art y tient une place importante.

Pour cette première hispanique, nous avons choisi la capitale de la Costa del sol. Peut-être moins renommée que Séville qui lui est proche, mais nous l’espérons aussi, un peu moins touristique : le but étant, en partie, de tester ce que nous avons retenu de nos cours d’espagnol.

Temps : 4 jours

Logement : chez Anahi, maison d’hôte dans le centre historique de la ville

Déplacement : à deux pieds 🙂

Alors c’est comment ?

Si vous venez à Malaga, voici les choses auxquelles vous ne pourrez pas échapper. Ouvrez grandes les babines et préparez vos estomacs !

Tapas
Tapas ! – Los Gatos
Cerveza petit modèle
Cerveza petit modèle
Cerveza grand modèle
Cerveza grand modèle
Jambon ibérique
Jambon ibérique
Churros & Chocolat chaud
Churros & Chocolat chaud – La Casa Aranda

Sans oublier la musique de rue, la loterie, les amandes grillées, le décompte des passages piétons…

Chanteuse de rue
Chanteuse de rue

Ah oui ! Aussi les cacas de pigeons ou de leurs copines perruches vertes qui tombent du ciel sans crier gare :p ( non non non ça ne sent pas le vécu promis, juste le caca ! ).

C’est surtout dans le centre historique que vous pourrez goûter à tout cela. Vous pouvez ranger votre boussole, repérez vous grâce à la cathédrale ! Et si vous souhaitez faire une pause, chacune des ruelles étroites vous offrira la possibilité d’apprécier un nouvel endroit, authentique, très simple, ou plus chic, en fonction de vos envies.

Sachez, en tous cas, qu’il y a de fortes chances pour que ça se passe dehors. Vous aurez ainsi le temps d’apprécier l’architecture extérieure, et prêtez y attention du sol au plafond ! Par exemple, vous ne trouverez pas de bitume, mais de jolies tomettes bleues, ou de grandes dalles de marbre rouge pour orner le sol. Dans le quartier, quasiment toutes les rues sont piétonnes, alors n’ayez pas peur de lever les yeux, regardez les balcons, du fleuri romantique au barricadé type prison, il y en a pour tous les goûts !

Ici, on a un peu l’impression d’être chez soi, un immense chez soi, avec tous ses amis, proches et éloignés, à profiter de la vie et des rayons du soleil. Le choix le plus difficile étant celui de la tapas qui va accompagner la « bebida ». A ce sujet, attention aux portions, même si l’envie vous prend de tout goûter, ne demandez qu’un plat à la fois, conseil d’estomacs sur pattes !

Attention les rations !
Attention les rations ! – El Pimpi

Alors c’est par où?

Pour découvrir, c’est par là !

Le bâtiment le plus impressionnant est sans doute la cathédrale de l’Incarnation. Les malagueños l’appellent « la Manquita » (la manchotte) parce que la deuxième tour n’a jamais été construite, pas assez de sous ! Pour autant, elle en impose et ne manque pas de charme.

Cathédrale de l'incarnation
Cathédrale de l’incarnation
Cathédrale de l'incarnation
Cathédrale de l’incarnation

En général, j’aime l’ambiance sur les marchés, et l’atmosphère du marché couvert d’Atarazanas ne déroge pas à la règle. C’est sûr on y vend du frais, avec humour, et on prépare son étal méticuleusement. Les fragrances se mêlent, poissons, fruits, légumes, viandes… Vous pourrez même déguster les produits cuisinés sur place, au café bar Mercado Atarazanas.

L'homme le plus méticuleux du marché
L’homme le plus méticuleux
L'homme le plus costaud du marché ;)
L’homme le plus costaud du marché 😉

La forteresse Alcazaba, c’est pour l’histoire, et pour l’agréable ballade. Ancienne résidence royale, elle est un mélange de culture romaine, arabe, et renaissance. A ses pieds, vous trouverez le théâtre romain datant du Ier siècle.

L'Alcazaba
L’Alcazaba

Dans les hauteurs, le château de Gibralfaro défendait l’Alcazaba. Parcourir ses murailles vous permettra de dominer presque toute la ville.

La vue depuis le Chateau Gibralfaro
La vue depuis le Chateau Gibralfaro

Malaga est aussi une ville portuaire. Faites un tour de grande roue, vous aurez une vue innovante sur la ville. En effet, la Noria est assez récente (2015). Dans ce quartier, le weekend, en journée, les jeunes se réunissent et s’expriment, danseurs côtoient skates et BMX.

Tout près, le centre d’art George Pompidou, « el cubo », n’est que provisoire, et est une annexe du centre d’art français. Vous pourrez poursuivre par le Muelle Uno pour un peu de shopping.

"El Cubo"
« El Cubo »

Si vous continuez le long de la côte, vous arriverez à la plage de le Malagueta, nous n’avons pas tester le bain mais en été, cela doit être bien agréable !

Plage de la Malagueta
Plage de la Malagueta

Enfin, le quartier Soho vous montrera l’ouverture d’esprit de Malaga. Ici, les murs sont des toiles, alors à vos dessins ! Si l’art de rue vous intrigue voici le site du projet MAUS.

Quartier Soho
Quartier Soho
Quartier Soho
Quartier Soho
Pont du Quartier Soho
Pont du Quartier Soho
Quartier Soho
Quartier Soho

Entrez dans le centre d’art contemporain, situé dans les anciennes halles, c’est inspirant et c’est gratuit !

Pour rejoindre le centre, longez « el rio Guadalmedina », ses graffitis et ses ponts. Rivière sèche, l’herbe y pousse et on s’y balade.

Il y a encore bien d’autres endroits à Malaga qui demandent à être visités, mais nous nous sommes mis à l’horloge espagnole et nous avons passé trop de temps à déguster ces milles et unes délicieuses tapas.

Pour se restaurer c’est par ici !

Voici ce que nous avons tester !

Los Gatos : Pour la décoration, les plats typiques et l’accueil !

La Cuvea 1900 : Rapport qualité prix excellent, du bon vin et un cadre plus chic (on a aimé regarder le mec avec sa côte de maille, désosser le jambon)

La Recova : à 2€40 le bon petit déjeuner fait maison, il mérite bien sa première place sur tripadvisor

Tragatapas : si on vous amène un bac de 5 bières alors que vous n’en avez commandé que 2, c’est normal ! C’est moins cher !

El Pimpi : un incontournable, pour le lieu comme pour la cuisine

La Casa Aranda : pour les churros de 18h, à tremper dans la tasse de chocolat chaud

El Jardin : la nourriture vaut celle d’une cantine de lycée, l’endroit est très kitsch mais on ne regrette pas le spectacle de flamenco

La Recova
La Recova
Danseuse de flamenco - El Jardin
Danseuse de flamenco – El Jardin

Alors, c’est quoi le coup de coeur ?

On nous en avait raconté sur l’ambiance espagnole, et bien nous n’avons pas été déçus ! Idéale pour décrocher de votre train train quotidien, les horaires, ici, on a l’impression qu’il n’y en a pas vraiment. En ce qui concerne la ville, on ne peut que ressentir et voir son implication pour développer l’accessibilité à l’art et à l’histoire, et pour redonner vie à des endroits destinés à l’abandon.

Le pinceau coloré andalou nous a conquit !

Alors, c’est quoi le coup de gueule ?

Nous espérions pouvoir aérer nos bras et nos gambettes, mais à la mi février c’est encore un peu tôt…

Nous aurions aimé faire le Caminito Del Rey mais les places sont mises à disposition trimestriellement et d’emblée prises d’assaut. Pas assez rapides !

Photos Bonus

Devant la Cathédrale
Devant la Cathédrale
A la grand roue
A la grand roue
Place de Malaga
Place de Malaga
Prison de Gibralfaro
Prison de Gilbralfare
Ca souffle par ici !
Ca souffle par ici !
La vue de Gibralfaro
La vue de Gibralfaro