Entre rêve et réalité

Montagnes majestueuses, glaciers actifs, lagunes turquoises, steppe, pampa, forêts… La Patagonie est une région du monde qui sait regrouper et marier avec magie autant de paysages contrastés : de quoi faire rêver tous les amoureux de la Nature !

Nous sommes à la pointe sud de l’Amérique, entre le 42ème parallèle et le Cap Horn, foulant cette terre partagée entre l’Argentine et le Chili, et dont les frontières sont dessinées par la célèbre cordillère des Andes.

La Patagonie promet à quiconque d’être fascinante, territoire empli de mystères… Les découvertes à y faire, les expériences à y vivre ne manqueront pas et ce périple sera sans aucun doute complètement dépaysant et bouleversant.

Vous découvrirez dans cet article sa partie australe : le sud de la Patagonie. Prêts pour une violente bouffée de nature ?

Temps : 4 jours à Ushuaia, 2 jours dans le parc Tierra del Fuego, 3 jours à El Calafate
Hébergement : Refugio del Mochilero à Ushuaia, Los Dos Pinos à El Calafate, camping dans les parcs nationaux
Déplacements : avion entre Iguazu et Ushuaia, avion entre Ushuaia et El Calafate, bus, et beaucoup de marche dans les parcs nationaux

Non, non, non, nous n’avons pas oublié l’incontournable parc Torres Del Paine ! Nous vous le raconterons dans une « édition spéciale » avec tous nos conseils pour bien organiser votre trek… Parce qu’il le vaut bien !

Alors, c’est comment ?

Cette terre lointaine, difficile d’accès et au climat rude, intrigue et attire malgré tout. Découverte au début du 16ème siècle par les conquistadors espagnols, elle est pourtant habitée depuis plus de 10 000 ans mais les natifs n’ont pas survécus aux guerres et aux maladies importées par cette colonisation et le développement qui en a suivi. Il ne reste malheureusement aujourd’hui de cette population, que des légendes et quelques objets conservés dans les vitrines des musées.

La météo est un aspect de la Patagonie aussi marquant que changeant, et c’est elle qui en façonne encore aujourd’hui les paysages. Cette terre malmenée par les éléments naturels offre des paysages qui vous séduiront d’emblée. De cette rudesse résultera un isolement si unique qui amplifiera ce sentiment agréable d’être perdu, presque seul, au bout d’un monde aussi grandiose que silencieux. En effet, la Patagonie est un des endroits les moins peuplés au monde après l’Alaska et la Sibérie.

Sérénité...
Sérénité…

Mais alors que cette beauté majestueuse vous envoûtera, les vents puissants qui viendront balayer les terres vous rappèleront qu’ici la Nature est maître, alors restez humble et n’oubliez pas de la respecter. D’ailleurs, sachez que les autorités en charge sont intransigeantes envers ceux qui ne suivent pas les règles. C’est ainsi que les nombreux parcs nationaux restent propres et préservés, pour le plus grand bonheur des voyageurs responsables.

Action du vent sur un hêtre de Magellan
Action du vent sur un hêtre de Magellan

Du côté chilien, les terres se déchirent en archipels, accessibles uniquement par voie maritime ou aérienne, et absorbant de plein fouet la puissance de l’océan Pacifique. C’est dans ces eaux que Magellan à découvert un passage permettant de rejoindre l’île aux épices par l’Ouest, détroit auquel il a donné son nom. Nombreux sont ceux qui ont essayé de naviguer dans cette partie du globe mais n’ont fait qu’y laisser plusieurs épaves. Le côté argentin, lui, profite de la protection de la cordillère des Andes mais ce qui n’empêche pas la terre de feu d’être balayé par des vents d’Ouest glaçants.

Même si les paysages les plus impossibles se côtoient en Patagonie, vous trouverez une unité dans l’hospitalité de ses habitants, tout comme dans ces petites maisons typiques en bois et tôle colorées qui forment les villes. Dans les fermes des plaines de la pampa, les estancias où l’on élève le bétail, les gens gardent le même état d’esprit : ici, tout le monde respecte cette terre passionnante dans un rythme de vie détendu et en accueillant à bras ouverts quiconque souhaite la découvrir.

Alors, c’est par où ?

Notre trajet en Patagonie
Notre trajet en Patagonie

Ushuaia

Comment imaginez vous le bout du monde ? Voilà le nom que l’on attribue à Ushuaia : le bout du monde… Appellation digne de l’évasion que vous assurera une escapade jusque là.

Cette ville est enclavée au pied de la montagne, le canal Beagle qui borde ses rives délimite aussi la frontière entre l’Argentine et les îles plus au sud appartenant au Chili. C’est l’endroit idéal pour tarir la soif des plus aventuriers d’entre nous. En effet, achetez ici votre ticket pour l’expédition en bateau qui vous emmènera au cap Horn, et vous déciderez peut-être de pousser l’exploration jusqu’à l’Antarctique, territoire inhospitalier mais enchanteur. Ca fait rêver, non ?

Ville au pied des montagnes
Ville au pied des montagnes

Note : il n’y a pas de bus public entre l’aéroport et le centre ville. Un taxi vous coûtera 120 pesos.

Si vous souhaitez rester à Ushuaia, prenez le temps de découvrir cette charmante ville aux maisons en toits de tôle ondulée et colorée, aux rues escarpées, et à l’ambiance si particulière. A ne pas manquer, la visite du musée maritime et de l’ancien bagne pour faire le plein d’Histoire(s), en apprendre plus sur la conquête de l’Antarctique et saisir ce qui a rendu Ushuaia si singulière.

L'Antiguo Templo en tôle ondulée et l'église de la Merced
L’Antiguo Templo en tôle ondulée et l’église de la Merced
Le Saint Christopher, bateau échoué aujourd'hui emblème de la ville
Le Saint Christopher, bateau échoué aujourd’hui emblème de la ville

Coté nature, vous pourrez aussi profiter d’expédition d’une journée magique sur le canal Beagle où vous admirerez la baie d’Ushuaia, découvrirez la faune (lions de mer, manchots, oiseaux) et la flore des îles avoisinantes et pourrez vous approcher du mythique phare du bout du monde, de son vrai nom : « les éclaireurs ».

Le phare
Le phare « les éclaireurs »
Lions de mer
Lions de mer
Flore typique des îles environnantes
Flore typique des îles environnantes

Pour une expérience au plus près des animaux, choisissez l’expédition sur l’île Martillo. Une colonie de manchots de Magellan élit domicile ici le temps de l’été austral. Quelle superbe expérience que d’avoir la chance de les approcher de si près, et dans leur habitat naturel ! Attention, on veillera à ce que vous le respectiez.

En pratique :
Excursion 1 journée sur le canal Beagle ( tour classique proposé par de nombreuses agences ) : 1000 pesos par personne
Excursion 1 journée sur l’île Martillo avec visite de l’estancia Haberton et son musée maritime avec Piratour ( la seule compagnie avec laquelle vous pouvez poser le pied sur l’île ) : 1900 pesos par personne

Manchot empereur et papou
Manchot empereur et papou
Le manchot de Magellan
Le manchot de Magellan
Le manchot empereur
Le manchot empereur

Les manchots de Magellan ne sont pas très grands, 75cm environ, ils ne volent pas, contrairement aux pingouins, et sont plutôt maladroits sur la terre ferme, mais lorsqu’il s’agit d’évoluer dans la mer, ils sont très doués. Chaque année, ils récupèrent le nid qu’ils ont laissé l’année précédente pour y couver leurs œufs. Très fidèles, ils n’auront durant leur vie qu’un seul et unique compagnon.

Colonie de manchot papou
Colonie de manchot papou
Couple de manchot de Magellan
Couple de manchot de Magellan
Nids de manchots de Magellan
Nids de manchots de Magellan

Ces excursions, tout comme le logement et la nourriture, ont un coût plus élevé en Patagonie que dans le reste du pays. De ce fait, beaucoup de voyageurs boudent Ushuaia, plus isolée et difficile d’accès, au profit de la province de Santa Cruz et de la partie chilienne de la Patagonie : magnifique région des glaciers et des lacs. Ceci est plutôt justifié, malheureusement, mais si vous avez le budget : Foncez ! Sans hésiter !

Le parc national Tierra del Fuego – Terre de Feu

Depuis Ushuaia, vous pourrez rejoindre facilement le parc national argentin Tierra del Fuego. C’est le nom qu’à donné Magellan à ce bout de terre qu’il a découvert illuminé des feux des indiens en 1520. C’est aussi la dernière étape avant l’Antarctique ; Ici s’arrête la route panaméricaine, cet ensemble de voies reliant toutes les Amériques, de l’Alaska à l’Argentine.

Ici finit la route nationale 3
Ici finit la route nationale 3
Réflection...
Réflection…

Cette étendue magique, qui constitue la réserve nationale la plus au sud de l’Argentine, est délimitée à l’ouest par la frontière chilienne, et entourée de lacs, de massifs montagneux et de vallées glaciaires. Voici l’alliance parfaite, créant un panorama envoûtant, notamment celui sur la baie Lapataia.

Frontière argentino-chilienne sur le lac rocheux - Lago Roca
Frontière argentino-chilienne sur le lac rocheux – Lago Roca
Panorama de la baie Lapataia
Panorama de la baie Lapataia

En pratique :
Bus de Ushuaia (terminal) au parc Tierra del Fuego: 400 pesos aller-retour – Entrée du parc : 210 pesos
Notez que vous pouvez camper gratuitement dans le parc aux emplacements prévus à cet effet. Vous pourrez y rester 3 jours maximum.

Dans le parc, vous pourrez emprunter les sentiers simples et bien balisés qui traversent une forêt andino-patagonienne riche et bien protégée. Au programme :  paysages de tourbe parcourus par de nombreux cours d’eau, forêts de lengas, mais aussi renards, castors et condors des Andes.

La tourbe donne cette couleur rouge-orangé
La tourbe donne cette couleur rouge-orangé
Le lago Roca
Le lago Roca
Au pied de la baie Lapataia
Au pied de la baie Lapataia

Aparté : un sujet de controverse touche le parc national : les castors, qui ont été introduits par milliers dans les années 1940 pour une histoire de production de fourrures, font aujourd’hui beaucoup de dégâts. En cause, leurs barrages, qui bloquent l’eau et modifient les circuits naturels. Afin de maitriser le désastre et limiter l’impact négatif, des chasses sont organisées… Cruel ou nécessaire ?

Un barrage construit par les castors
Un barrage construit par les castors

Le glacier Perito Moreno

Direction le parc national des glaciers, « Los Glaciares », vous avez rendez-vous avec un des plus grands glaciers du monde : le Perito Moreno, création réellement titanesque de dame Nature. Notez bien qu’il n’est nul besoin d’abuser de l’hyperbole pour le décrire !

«Premier
Premier apercu du glacier

En pratique :

Comptez une journée de visite. Vous accèderez au Perito Moreno depuis El Calafate, une ville située à près de 80 km à l’Est de là, il vous faudra donc être motorisé. Pour cela, plusieurs options s’offriront à vous comme louer une voiture, emprunter les bus publics ou faire appel à une agence qui vous proposera une excursion « tout compris ».

Entrée du parc : 330 Pesos

Parlons d’abord un peu chiffres… Pouvez-vous imaginer une étendue de 250 km² ? Deux fois et demi la ville de Paris… Cinq fois Lyon… Plus grand que Buenos Aires… Ici, la glace s’épanouit entre les montagnes sur une longueur de 30km et s’achève en un mur colossal, allant jusqu’à barrer l’un des bras du « Lago Argentino » dans lequel le glacier se jette. C’est une gigantesque barrière de glace de 5 km de large qui se dressera devant vous qui culmine à 74 mètres !

Le Perito Moreno plonge dans les eaux du lac Argentino
Le Perito Moreno plonge dans les eaux du lac Argentino

Dans les faits, cette merveille ne vous laissera pas silencieux et la visite de ce site fera sans doute partie des expériences les plus époustouflantes de votre voyage. C’est lors de votre parcours le long des passerelles aménagées sur la péninsule de Magellan que vous prendrez conscience de son ampleur : plus besoin de mesures quand ce monstre vous fera face, là, à juste quelques dizaines de mètres, profitez simplement du spectacle !

Véritable mur de glace
Véritable mur de glace
Des blocs de glace immenses qui se détachent du glacier
Des blocs de glace immenses se sont détachent du glacier

Hielo y Aventura est la seule agence à vous offrir la possibilité de poser un pied (encadré) sur le glacier : WAHOU ! La première formule, « mini trekking » (2400 Pesos), est une excursion d’une journée avec 1h30 de marche sur le glacier. Vous vous demandez sûrement si l’investissement vaut la peine… OUI ! Et si vous êtes en bonne forme, optez plutôt pour la deuxième formule, « Big Ice » (4000 pesos), avec 3h30 de randonnée, ce qui vous permettra de pousser l’aventure jusqu’au coeur de ce fleuve de glace. A vos crampons 🙂

Groupe de marcheurs sur le glacier
Groupe de marcheurs sur le glacier
Au coeur du glacier
Au coeur du glacier
Formes et nuances...
Formes et nuances…

Répondons maintenant à quelques questions rationnelles parce que forcément, une telle beauté de la Nature peut parfois laisser dubitatif scientifiquement parlant. Sachez que, comme quelques autres glaciers continentaux de cette partie du Monde, le Perito Moreno ne recule pas et ce malgré le réchauffement climatique. En fait, sa surface reste stable en dépit de son avancée quotidienne de 2 mètres. Ainsi, vous pourrez l’entendre vivre, gronder, et, en étant attentif, voir des pans de glace se détacher du mur.

Panorama du glacier
Panorama du glacier

Et alors, d’où viennent toutes ces nuances de bleu ? Question de réflection ! Plus la glace est ancienne, plus elle est comprimée et moins il y a d’air entre les molécules d’eau qui la compose. Or, l’eau ne reflète essentiellement que les rayons bleus de la lumière. Bingo ! Cela sera donc valable pour tous les prochains glaciers que vous verrez 🙂

Alors, c’est quoi le coup de cœur ?

Ce sentiment unique de liberté au milieu d’une Nature qui a gardé tous ses droits…

Alors, c’est quoi le coup de gueule ?

/FAKE/ Si l’on vous assure qu’Ushuaia est la dernière ville avant l’antarctique, prenez l’information avec demie-mesure… En réalité, c’est une ville du Chili, plus petite, et surtout moins touristique, qui se trouve être la plus australe : Puerto Williams.

Bonus

 

La baie Lapataia - Tierra del Fuego
La baie Lapataia – Tierra del Fuego
Nature...
Nature…
Virée en bateau sur les eaux du cana Beagle
Virée en bateau sur les eaux du cana Beagle
Sur l'île Martillo
Sur l’île Martillo
Le lac rocheux - Tierra del Fuego
Le lac rocheux – Tierra del Fuego
Perito Moreno
Perito Moreno
Perito Moreno
Perito Moreno